quartier Latin

Son histoire

1671 1823

1671-1823

Un paysage rural

Au milieu du 18e siècle, le territoire, traversé au sud par la rivière Saint-Martin, est occupé par de grandes concessions agricoles qui alimentent Ville-Marie.

Après la prise de Montréal par les Britanniques, les familles Viger et Papineau, propriétaires de grandes terres dans le secteur, font don de ce passage ainsi que d'autres terrains, dont ceux du futur square Viger et de l'église Saint-Jacques. La future rue Saint-Denis est ouverte au début du 19e siècle et sert de voie de passage entre la ville fortifiée et les villages formant aujourd'hui le Plateau. De riches familles canadiennes-françaises s'y installent.

Image : HM_ARC_005200

Atlas of the City and Island of Montreal Canada, Planche E
1879
Carte
45 cm
72 cm
Dinu Bumbaru
© Dinu Bumbaru / © Héritage Montréal


1671-1823

Un paysage rural

Au milieu du 18e siècle, le territoire, traversé au sud par la rivière Saint-Martin, est occupé par de grandes concessions agricoles qui alimentent Ville-Marie.

Après la prise de Montréal par les Britanniques, les familles Viger et Papineau, propriétaires de grandes terres dans le secteur, font don de ce passage ainsi que d'autres terrains, dont ceux du futur square Viger et de l'église Saint-Jacques. La future rue Saint-Denis est ouverte au début du 19e siècle et sert de voie de passage entre la ville fortifiée et les villages formant aujourd'hui le Plateau. De riches familles canadiennes-françaises s'y installent.

Image : HM_ARC_005202

Atlas de l'Île de Montréal, planche F
1879
Carte
45 cm
72 cm
Dinu Bumbaru
© Dinu Bumbaru / © Héritage Montréal


1824 1852

1824-1852

Un quartier bourgeois canadien-français

Avec l'inauguration de l'église Saint-Jacques, en 1823, la présence de la bourgeoisie canadienne française dans le quartier s'affirme. Les notables francophones restés après le Régime se retrouvent dans cette première cathédrale catholique montréalaise. Ils s'installent dans les rues adjacentes, érigent de belles résidences et établissent de manière plus systématique les bases de leur société : religion, culture, éducation et politique. Les avenues sont bordées d'arbres. L'hiver, les enfants du quartier glissent sur la Côte-à-Barron. Au sommet de cette côte, on construit en 1848 un réservoir d'eau à ciel ouvert. L'incendie de 1852 vient détruire une partie du quartier.

Image : HM_ARC_002771

Église Saint-Jacques entre 1930 et 1960, avant la construction de l'UQAM
Entre 1930 et 1960
Photographie
17.7 cm
12.7 cm
Université du Québec à Montréal. SAGD
© Université du Québec à Montréal. Service des archives et de gestion des documents. Fonds d’archives du Service des communications (45U-412:F3:02/3), © Héritage Montréal


1824-1852

Un quartier bourgeois canadien-français

Avec l'inauguration de l'église Saint-Jacques, en 1823, la présence de la bourgeoisie canadienne française dans le quartier s'affirme. Les notables francophones restés après le Régime se retrouvent dans cette première cathédrale catholique montréalaise. Ils s'installent dans les rues adjacentes, érigent de belles résidences et établissent de manière plus systématique les bases de leur société : religion, culture, éducation et politique. Les avenues sont bordées d'arbres. L'hiver, les enfants du quartier glissent sur la Côte-à-Barron. Au sommet de cette côte, on construit en 1848 un réservoir d'eau à ciel ouvert. L'incendie de 1852 vient détruire une partie du quartier.

Image : HM_ARC_004254

Vue partielle du square Saint-Louis et de la rue Saint-Denis

Impression
BANQ, Albums de rues E.-Z. Massicotte
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Albums de rues E.-Z. Massicotte – MAS 6-8-e, © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_004496

Quelques maisons autour du square Saint-Louis

Photographie
15.9 cm
11.4 cm
Ville de Montréal.Gestion de documents et archives
© Ville de Montréal. Gestion de documents et archives (VM94-D 1901.174(5)), © Héritage Montréal


1853 1930

1853-1930

Un siècle glorieux

Comme partout ailleurs à Montréal, l'urbanisation s'intensifie. Après l'incendie de 1852, on privilégie des maisons en rangée à mansarde puis à toit plat, avec mur coupe-feu mitoyen.

Du quartier latin émane une vitalité et un prestige indéniables. Des institutions de renom logent dans le quartier et ses environs, participant de cette ébullition culturelle : l'Université Laval à Montréal grâce à Mgr Ignace Bourget, l'École des Hautes Études Commerciales, l'École Polytechnique, l'École Le Plateau, le collège Mont-Saint-Louis, le Monument national, le collège Sainte-Marie, la Palestre nationale, l'École des Beaux-Arts, la bibliothèque Saint-Sulpice en font partie.

Au cours des années 1850 et jusqu'en 1880, l'élite canadienne-française se regroupe autour du square Viger. Mais après le démantèlement du réservoir d'eau potable et sa transformation en square, le Square Saint-Louis, la bourgeoisie lui préfère ce nouveau lieu et fait construire tout autour des résidences de style Second Empire et dont le parement est en pierre grise de Montréal.

Nombre de communautés religieuses viennent s'installer dans le secteur, comme les Soeurs du Bon Pasteur, les Soeurs de la Miséricorde, les Soeurs de la Providence et les Frères des Écoles chrétiennes, tandis que l'église anglicane Holy Trinity Memorial (1864) et l'école Royal Alexandra témoignent d'une certaine présence britannique. Des immeubles nouveaux témoignent de la notoriété du quartier latin : banques, commerces tels que Dupuis Frères, gratte-ciel d'inspiration Beaux-Arts.

Image : HM_ARC_002767

Rue Saint-Denis vers le boulevard De Maisonneuve
1979
Photographie
12.7 cm
20.3 cm
Université du Québec à Montréal. SAGD
© Université du Québec à Montréal. Service des archives et de gestion des documents. Fonds d’archives du Service des communications ()45U-812:F3:04-10(3)), © Héritage Montréal


1853-1930

Un siècle glorieux

Comme partout ailleurs à Montréal, l'urbanisation s'intensifie. Après l'incendie de 1852, on privilégie des maisons en rangée à mansarde puis à toit plat, avec mur coupe-feu mitoyen.

Du quartier latin émane une vitalité et un prestige indéniables. Des institutions de renom logent dans le quartier et ses environs, participant de cette ébullition culturelle : l'Université Laval à Montréal grâce à Mgr Ignace Bourget, l'École des Hautes Études Commerciales, l'École Polytechnique, l'École Le Plateau, le collège Mont-Saint-Louis, le Monument national, le collège Sainte-Marie, la Palestre nationale, l'École des Beaux-Arts, la bibliothèque Saint-Sulpice en font partie.

Au cours des années 1850 et jusqu'en 1880, l'élite canadienne-française se regroupe autour du square Viger. Mais après le démantèlement du réservoir d'eau potable et sa transformation en square, le Square Saint-Louis, la bourgeoisie lui préfère ce nouveau lieu et fait construire tout autour des résidences de style Second Empire et dont le parement est en pierre grise de Montréal.

Nombre de communautés religieuses viennent s'installer dans le secteur, comme les Soeurs du Bon Pasteur, les Soeurs de la Miséricorde, les Soeurs de la Providence et les Frères des Écoles chrétiennes, tandis que l'église anglicane Holy Trinity Memorial (1864) et l'école Royal Alexandra témoignent d'une certaine présence britannique. Des immeubles nouveaux témoignent de la notoriété du quartier latin : banques, commerces tels que Dupuis Frères, gratte-ciel d'inspiration Beaux-Arts.

Image : HM_ARC_004559

Façade de l'ancien bâtiment de l'École des hautes études commerciales
1976
Impression
11.4 cm
16.5 cm
Ville de Montréal.Gestion de documents et archives
© Ville de Montréal. Gestion de documents et archives (R-3886.2 (535 est).009), © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_001919

École Polytechnique

Carte postale
8.8 cm
14 cm
Dinu Bumbaru
© Dinu Bumbaru, © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_002380

Immeuble central de l'Université Laval à Montréal, rue Saint-Denis

Photographie
Division des archives de l'Université de Montréal
© Division des archives de l'Université de Montréal, © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_004395

Bibliothèque Saint-Sulpice

Photographie
Ville de Montréal.Gestion de documents et archives
© Ville de Montréal. Gestion de documents et archives (R-3115.2 (1700).007), © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_003578

Square Viger

Photographie
BANQ, Albums de rues E.-Z. Massicotte
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Albums de rues E.-Z. Massicotte – MAS 8-146-e, © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_002257

Collège Mont-Saint-Louis, façade

Carte postale
8.8 cm
13.8 cm
Frères des écoles chrétiennes
© Frères des écoles chrétiennes, © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_001895

Square Viger avec tramway

Carte postale
8.8 cm
13.7 cm
Dinu Bumbaru
© Dinu Bumbaru, © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_003656

Coin de Sainte-Catherine et Saint-Denis

Carte postale
BANQ
© Bibliothèque et Archives nationales du Québec, © Héritage Montréal


1931 1986

1931-1986

Du déclin urbain vers les projets de renouveau

Avec la crise économique, le quartier se transforme et perd de son prestige. La bourgeoisie canadienne-française se déplace depuis les années 1920 vers Outremont, et des institutions telles l'Université de Montréal (années 1940), l'École des Hautes Études Commerciales et l'École Polytechnique (1958) sont transférées de l'autre côté de la montagne. Le quartier est plus ou moins entretenu et des maisons de chambres occupent désormais les somptueuses résidences victoriennes.

En 1954, Jean Drapeau est élu maire de Montréal, poste qu'il occupe pendant près de 30 ans. Au cours de son mandat, plusieurs projets de construction voient le jour : l'UQAM en 1978 sur l'ancien site de l'Université Laval à Montréal, l'autoroute Ville-Marie, le cégep du Vieux Montréal, l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ), la Place Dupuis. L'aspect estudiantin et culturel du secteur, avec ses bistrots, boutiques, restaurants, renaît aussi.

En contrepartie, le quartier voit disparaître certains de ses bijoux, avec la destruction de belles résidences et le réaménagement d'espaces publics dont le square Viger.

Image : HM_ARC_002757

Esquisse du pavillon de l'Éducation de l'UQAM
1989
Dessin
20.3 cm
25.4 cm
Université du Québec à Montréal. SAGD
© Université du Québec à Montréal. Service des archives et de gestion des documents. Fonds d’archives du Service des communications (45U-412:F6:08/1), © Héritage Montréal


1931-1986

Du déclin urbain vers les projets de renouveau

Avec la crise économique, le quartier se transforme et perd de son prestige. La bourgeoisie canadienne-française se déplace depuis les années 1920 vers Outremont, et des institutions telles l'Université de Montréal (années 1940), l'École des Hautes Études Commerciales et l'École Polytechnique (1958) sont transférées de l'autre côté de la montagne. Le quartier est plus ou moins entretenu et des maisons de chambres occupent désormais les somptueuses résidences victoriennes.

En 1954, Jean Drapeau est élu maire de Montréal, poste qu'il occupe pendant près de 30 ans. Au cours de son mandat, plusieurs projets de construction voient le jour : l'UQAM en 1978 sur l'ancien site de l'Université Laval à Montréal, l'autoroute Ville-Marie, le cégep du Vieux Montréal, l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ), la Place Dupuis. L'aspect estudiantin et culturel du secteur, avec ses bistrots, boutiques, restaurants, renaît aussi.

En contrepartie, le quartier voit disparaître certains de ses bijoux, avec la destruction de belles résidences et le réaménagement d'espaces publics dont le square Viger.

Image : HM_ARC_002721

Édicule Berri-de-Montigny, lors de la construction de l'UQÀM avec vue sur la Place Dupuis

Diapositive
2.3 cm
3.4 cm
Archives de la Société des transports de Montréal
© Fonds de Commission de transport de Montréal, Archives de la STM (S10/10.1.16,4), © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_002758

Construction de la phase I des pavillons de l'UQAM
17 décembre 1977
Photographie
20.3 cm
25.4 cm
Université du Québec à Montréal. SAGD
© Université du Québec à Montréal. Service des archives et de gestion des documents. Fonds d’archives du Service des communications (45U-412:F6:04/1), © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_004519

UQÀM, rénovations achevées de l'église Saint-Jacques, vue à vol d'oiseau

Photographie
12.7 cm
17.8 cm
Ville de Montréal.Gestion de documents et archives
© Ville de Montréal. Gestion de documents et archives (R-3115.2 (1415) (1966 à …).012), © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_000526

Station Sherbrooke et Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec
Date inconnue
Photographie
Archives de la STM
© Fonds de Commission de transport de la Communauté urbaine de Montréal, Archives de la STM, 84472 (nég 20), © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_004470

Square Viger, personnes assises sur des bancs

Photographie
Ville de Montréal.Gestion de documents et archives
© Ville de Montréal. Gestion de documents et archives (VM94-A-6-9), © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_002760

Vue aérienne de la rue Saint-Denis et des pavillons de l'UQAM
1988
Photographie
20.3 cm
20.3 cm
Université du Québec à Montréal. SAGD
© Université du Québec à Montréal. Service des archives et de gestion des documents. Fonds d’archives du Service des communications (45U-414:F3:02/9), © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_002767

Rue Saint-Denis vers le boulevard De Maisonneuve
1979
Photographie
12.7 cm
20.3 cm
Université du Québec à Montréal. SAGD
© Université du Québec à Montréal. Service des archives et de gestion des documents. Fonds d’archives du Service des communications ()45U-812:F3:04-10(3)), © Héritage Montréal


1987 2008

1987-2008

Un milieu intellectuel et culturel dynamique

Aujourd'hui, le quartier latin est un ensemble architectural riche mais hétérogène. Plusieurs de ses bâtiments sont rénovés (l'ITHQ en 2005), convertis (le Mont Saint-Louis est depuis 1987 un immeuble résidentiel) ou entièrement construits (la Grande Bibliothèque). Il est redevenu un quartier étudiant dynamique gravitant autour de la rue Saint-Denis, comme au 19e siècle.

Image : HM_ARC_003694

Hôpital Saint-Luc, vue de l'aile nord (coin René-Lévesque et Saint-Denis)

Photographie
10.1 cm
12.6 cm
Hôpital Saint-Luc du CHUM
© Hôpital Saint-Luc du CHUM, © Héritage Montréal


1987-2008

Un milieu intellectuel et culturel dynamique

Aujourd'hui, le quartier latin est un ensemble architectural riche mais hétérogène. Plusieurs de ses bâtiments sont rénovés (l'ITHQ en 2005), convertis (le Mont Saint-Louis est depuis 1987 un immeuble résidentiel) ou entièrement construits (la Grande Bibliothèque). Il est redevenu un quartier étudiant dynamique gravitant autour de la rue Saint-Denis, comme au 19e siècle.

Image : HM_ARC_003462

La Cinémathèque québécoise, maquette du projet de 1995

Photographie
La Cinémathèque québécoise
© La Cinémathèque québécoise, © Héritage Montréal


Image : HM_ARC_002266

Collège Mont-Saint-Louis et les maisons environnantes

Photographie
18.7 cm
14.5 cm
Frères des écoles chrétiennes
© Frères des écoles chrétiennes, © Héritage Montréal